top of page
Rechercher

LE SYSTEME IMMUNITAIRE



« Nos cellules se multiplient pendant la nuit et N’attendez pas l’hiver pour vous protéger. Commencer à stimuler votre système immunitaire dès maintenant » C’est pour cette raison qu’Amandine Guyot rappelle qu’il est préférable de prendre les plantes immunostimulantes le soir. Mais qu’elles sont-elles ?

L’Echinacée est la plus connue, le cyprès, le sureau,…..seule, en association, …

Différents moyens selon vos besoins et vos envies sont possibles pour consolider les barrières de votre organisme. (Alimentation saine et équilibrée, activité physique, bon sommeil, gérer ses émotions, compléments alimentaires, drainage lymphatique, … ).

Mais avant tout, il est important de savoir quel est votre besoin en terme de système immunitaire ? Selon votre profil, votre système immunitaire ne sera pas le même. Il est donc essentiel de tester son système immunitaire avant d’utiliser des plantes immunostimulantes.

Si vous avez une fatigue chronique avec des infections à répétition, un surpoids, du stress, du surmenage, des ballonnements, de l’eczéma, allergies, troubles ORL, sinusites, ….. votre système immunitaire est déjà défaillant. Il est donc important de trouver la cause et de renforcer votre immunité.

Aline Mercan, médecin et anthropologue de la santé explique que : » Tous les microbiotes sont corrélés au microbiote digestif, donc si celui-ci est en mauvaise santé, cela va se répercuter sur les autres. Il faut avoir un microbiote digestif en bon état, car c'est lui qui éduque les défenses ­immunitaires locales et le système général ».


Voici quelques conseils pour booster votre immunité…



L’ALIMENTATION




Privilégier des aliments riches en vitamine C, tels que les agrumes, les kiwis. Et comme préventif, ail et oignon.

Booster votre immunité en incluant des aliments riches en micronutriments :

Ø Vitamine A qui augmente la résistance aux infections : foie, jaune d’oeuf, et précurseurs de vitamine A : les carotéinoïdes c'est-à-dire carottes, épinards, melon, mangue, abricots…


Ø Vitamine C, antioxydant de qualité, renforce les mécanismes de défense de l’organisme : cassis, kiwi, fraises, agrumes, papaye, goyave, persil, poivron, choux…


Ø Vitamine D qui active la production de leucocytes : fromages frais, beurre, foie de morue, poissons, jaune d’oeuf, champignons.


Ø Vitamine E, antioxydant qui protège les cellules d’un surplus de radicaux libres entraînant le vieillissement cellulaire : huile de noisette, de colza, avocat, amandes, pignons, noisettes, graines de tournesol…


Ø Zinc qui améliore la réponse antivirale et l’immunité : huitres, coquillages, boeuf, graines de courges, lentilles (attention aux phytates)...


Ø Sélénium, présent dans les poissons, oeufs, crustacés, noix du brésil.


Ø Magnésium, présent dans les oléagineux, fruits de mer, sardines, sarrasin et céréales complètes, légumes verts (épinards) et légumineuses (haricots blancs), cacao non sucré, bananes, figues.


ØPensez également aux graines germées, très riches en vitamines


HYGIENE DE VIE




Ø Pratiquez une activité physique




Ø Aérer la maison. vous pouvez aussi diffuser des huiles essentielles pour assainir votre habitat



Ø Se laver les mains régulièrement


Pensez à utiliser les plantes (echinacée, orties, cyprès,, .... pour en savoir plus, rendez-vous le 17 novembre à la Maison des Associations de la Tour du Pin à 14h30.



Pourquoi votre système immunitaire est-il affaiblit et comment la naturopathie peut aider ?


Pourquoi votre système immunitaire est-il affaiblit ?

- Manque de sommeil

- Mauvaise alimentation

- Intoxication médicamenteuse

- Stress chronique et anxiété

- Sédentarité

- Tabac et pollution

- …..

Comment la naturopathie peut aider ?

- En rééquilibrant votre alimentation

- En tenant en compte vos besoins.

- En pratiquant une activité physique (attention ce terme peut être trompeur : le sport fait partie de l’activité physique mais ce n’est pas le seul. Lorsque l’on parle d’activité physique, on parle de mouvement du corps. Jardiner, marcher, … sont des activités physiques)

- Restaurer votre terrain

- Retrouver un bon sommeil

- Gérer le stress, les anxiétés,…

- Booster votre système immunitaire


Quels sont les outils ?

- La phytothérapie

- L’aromathérapie

- La gemmothérapie

- Le drainage lymphatique

- La réflexologie plantaire

- L’apithérapie

- Les exercices de respiration

- Les Fleurs de Bach

- L’écoute

- Les vitamines, minéraux, oligoéléments


Voici un petit test pour connaître vos besoins : ……

Où en êtes-vous dans votre immunité ? (réf Eric Lorrain)

Notre corps est capable de nous alerter lorsque nos défenses immunitaires faiblissent. Encore faut-il connaître les points à surveiller. Voici quelques signaux, qui peuvent indiquer une baisse de l'immunité :

· Votre sommeil n'est ni bon ni réparateur, vous vous réveillez souvent fatigué.

· Vous avez très souvent des troubles digestifs (selles molles, diarrhées), voire

chroniques.

· Vous faites des infections à répétition : ORL, gastro-entérites, cystites, candidoses…

Une ou deux dans l'hiver, c'est normal, mais il faut rester vigilant si c'est plus souvent.

· Vous vous essoufflez rapidement, vous sentez une capacité respiratoire restreinte.

· Vous ressentez un stress avec une sensation de grande fatigue morale ou physique. Attention au syndrome d'épuisement ! Évaluez votre situation grâce au questionnaire de Freudenberger, issu des travaux de ce psychanalyste qui a conceptualisé, en 1972, la notion de burn out.

Si vous présentez plusieurs de ces signaux, c'est que votre immunité n'est pas au top ! Il est grand temps d'agir pour remonter vos défenses avec l'aide des professionnels de santé.

LA naturopathie ne se substitue pas à la médecine générale. Elle vous aide

Et pour en savoir plus sur le fonctionnement du système immunitaire…


Mais alors comment ca marche ?.....

https://www.maxicours.com/se/cours/les-reactions-immunitaires/


Dans le sang se trouvent différents types cellulaires. Certaines cellules sanguines sont spécialisées dans la détection des éléments étrangers à l'organisme : ce sont les globules blancs ou leucocytes. Si les barrières de protection naturelle de l'organisme sont franchies, les cellules du système immunitaire interviennent en se multipliant. Les deux principaux types de leucocytes sont les macrophages et les lymphocytes.

Lorsque des micro-organismes pénètrent dans l'organisme, ils sont alors appelés des antigènes. S'ils sont responsables de maladies, on les appelle des agents pathogènes.

Dès qu'un antigène pénètre dans l'organisme, les premiers leucocytes qui interviennent sont les macrophages (ou cellules phagocytaires) qui quittent les vaisseaux sanguins dans lesquels ils se trouvent pour aller à l'endroit de l'infection où ils réalisent alors la phagocytose : le macrophage entoure et digère l'agent pathogène. La phagocytose : 1. Adhésion du macrophage à la paroi de l'antigène. 2. Absorption de l'antigène grâce aux prolongements cytoplasmiques. 3. Digestion intracellulaire de l'antigène. 4. Rejet des déchets par le macrophage.

Cette première ligne de défense est dite non spécifique, car elle intervient quel que soit l'antigène. Elle peut être suffisante pour éliminer l'agent pathogène. La phagocytose a lieu au cours de la réaction inflammatoire, ou inflammation : 1. Lésion cutanée : l'enfant se pique avec une épine. 2. Contamination : les bactéries situées sur l'épine pénètrent dans la peau de l'enfant. 3. Infection : multiplication des bactéries. 4. Dilatation des capillaires sanguins : les vaisseaux sanguins gonflent, c'est ce qui entraîne la rougeur et la sensation de chaleur à la surface de la peau. 5. Infiltration du plasma sanguin : un peu de plasma du sang passe dans les couches supérieures de la peau. On observe un gonflement de la peau à la surface. 6. Diapédèse : les macrophages traversent la paroi des vaisseaux sanguins. 7. Phagocytose : les macrophages digèrent les bactéries, les neutralisant.

3. Un système de défense moins rapide et spécifique

Si la réaction non spécifique est insuffisante, un second système de défense se met alors en place. Après la reconnaissance spécifique de l'antigène par l'organisme, un autre type de cellule du système immunitaire intervient : les lymphocytes.

a. Les lymphocytes B

Lorsque l'organisme reconnaît un antigène, les lymphocytes B sont activés, se multiplient dans les organes lymphoïdes et fabriquent des anticorps qui se retrouvent dans le sang. Les anticorps sont des molécules en forme de Y. Les sites de fixation des antigènes sont situés aux extrémités des deux branches. Un anticorps est spécifique d'un antigène donné. Les anticorps, émis par les lymphocytes B, neutralisent les antigènes en les accrochant sur leur site de fixation, formant ainsi un complexe immun. Ce complexe est ensuite reconnu par les macrophages et peut donc être éliminé par la phagocytose. Lorsque les lymphocytes B entrent en action, on parle de réaction immunitaire à médiation humorale. La présence d'anticorps, dans le sang, lors de la réaction des lymphocytes B, se nomme « séropositivité ». Elle révèle une infection. L'identification des anticorps permet d'identifier l'antigène responsable de l'infection.

Résumé des étapes de la neutralisation d'antigènes grâce à la synthèse d'anticorps spécifiques : 1. Reconnaissance de l'élément étranger. 2. Activation du lymphocyte B spécifique. 3. Multiplication du lymphocyte B spécifique. 4. Différenciation des lymphocytes B spécifiques. 5. Sécrétion des anticorps spécifiques. 6. Fixation des anticorps sur les antigènes et neutralisation des antigènes. 7. Phagocytose des éléments étrangers.

b. Les lymphocytes T

Les lymphocytes T sont spécifiques d'un antigène donné. Ils se fixent sur les cellules infectées et les détruisent par contact direct, contrairement aux lymphocytes B qui nécessitent l'action de macrophage.

Lorsque les lymphocytes T entrent en action, on parle de réaction immunitaire à médiation cellulaire.

Ces réactions immunitaires spécifiques sont plus lentes que les réactions immunitaires non spécifiques.


4. La mémoire immunitaire

Lorsqu’un lymphocyte a reconnu un antigène, il se multiplie pour émettre des anticorps en suffisance (lymphocytes B), ou pour détruire directement l’antigène (lymphocytes T). Pendant cette phase de multiplication, les deux types lymphocytaires se multiplient également sous forme de lymphocytes B et T mémoires, qui vont permettre une reconnaissance et une multiplication plus rapide lors d’une nouvelle infection.

Ceci permet au système immunitaire de devenir de plus en plus performant dans la défense de l’organisme au cours du temps. On parle alors de mémoire immunitaire.

L'essentiel

L'organisme possède un système de défense efficace contre la plupart des micro-organismes pathogènes. Ce système met en œuvre, outre les barrières naturelles, deux systèmes de défenses complémentaires : l'une est non spécifique, l'autre est spécifique selon la nature et le nombre des agents pathogènes.


La séropositivité permet de diagnostiquer une infection et sa nature. La mémoire immunitaire rend le système plus performant en cas de nouvelle contamination.




28 vues0 commentaire

Comments


bottom of page